Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
Art and Farts

Art and Farts

De l'art sous toutes ses formes. Et parfois des pets.

Il danno al cervello, c'é !

David's brain, not mine !

David's brain, not mine !

Nous sommes le 19 août 2008, à Rome. Sans être oppressante, la chaleur est là, vaguement étouffante. C’est une ville où j’ai vécu presque quatre ans lorsque j’étais adolescent et où je me sens parfaitement bien.

Le parler « romanaccio », les bruits de klaxon, les éclats de voix à la sortie des trattorie… j’adore ce petit laisser-aller typique de certaines villes italiennes !

Ce soir là, j’ai rendez-vous avec l’un de mes amis du lycée Chateaubriand, Paul, qui s’est fait connaître plus tard sous le nom de Gazebo. Ça doit bien faire 20 ou 25 ans que je ne l’ai pas revu, et je ne veux manquer cela pour rien au monde, malgré la fatigue et les travaux de rédaction en cours pour l’un de mes clients.

La pochette de "I like Chopin", tube planétaire de mon ami Gazebo

La pochette de "I like Chopin", tube planétaire de mon ami Gazebo

On prend le tramway, ma fiancée Steffanie, ses enfants et moi. J'ai un immense mal de crâne, mais je le mets sur le compte de… je ne sais pas. Alors je passe outre aux avertissements et au «traînage de pate» de Steffi. Je VEUX aller voir mon pote, alors j’IRAI voir mon pote.

En sortant du tramway, je commence à marcher comme un ivrogne, je me cogne contre les murs, complètement hagard. J’appelle Gazebo. Je lui bredouille des trucs. On reprend le tramway. Je vomis sur mes voisins qui s’écartent en hurlant. Steffanie s’excuse auprès d’eux, leur jure que je ne suis pas ivre, mais malade. Et apparemment, très malade.

Un tramway à Rome. DR.

Un tramway à Rome. DR.

Un monsieur d'un certain âge m’explique qu'après l'arrêt suivant on est tout près d'un hôpital. Il descend du tram avec nous. L'arrêt est au bord du Tibre, et l'hôpital est sur l'île du Tibre, là, à 300m,…

Je suis incapable de marcher cette distance. Je m'accroche tant bien que mal à la rambarde. Le monsieur prend mon téléphone, fait le 113 et demande une ambulance. 5 minutes passent, pas d'ambulance. Je réponds quand ma fiancée me parle, mais je suis totalement incohérent. On rappelle. L'ambulance est partie. Elle est en chemin… mais n’arrivera jamais.

Le monsieur demande à 2 jeunes de m'aider à marcher, ils le font de suite. En arrivant à l'hôpital, prise en charge immédiate. Mon état de santé est tout de suite pris très au sérieux : ils ont vite compris de quoi j'étais victime.

Le médecin arrive. Il s'agit d'un #‎AVC, autrement dit un accident vasculaire cérébral. Ils me font un scan pour savoir de quel type, hémorragique ou ischémique. J'attends les résultats. Le médecin revient, l'air grave. C'est une hémorragie, le pire des scénarios.

"Few chances to survive" dit-il l'air désolé…

Je vais donc mourir.

Et deux trépanations, deux ! Photo : © Stefficat

Et deux trépanations, deux ! Photo : © Stefficat

STOP !!!

Bien sûr, ce n’est pas moi qui raconte tout cela. Je ne me souviens plus de rien. Zéro, que dalle ! Le coma m’a emporté pour longtemps et je n’aurai de réels souvenirs que plusieurs semaines après en être sorti. C’est Steffanie, en bonne geek, qui a tout noté dans un blog improvisé, que vous pouvez lire ici => http://hemorragie-cerebrale.blogspot.fr/…/mardi-19-septembr….

À chaque minute, elle a eu les bons réflexes. Elle m’a sauvé la vie avec la certitude - bizarre mais absolue - que je m’en sortirais. Elle est celle à qui je serai éternellement reconnaissant d’avoir vu son amour déborder pour moi. Je lui dois d’être là parmi vous, en train de vous raconter cette drôle de deuxième mort (ma première mort - brûlé vif lors d'un accident de barbecue - date du 10 février 1979, je la raconte sur Facebook tous les ans à cette date).

Alors, oui, je meurs régulièrement. Et je ne m’en sors que grâce à ma famille, mes amours, mes amis. Grâce à tous ceux qui se sont penchés sur mon corps inerte pour m’insuffler une vie qui a tendance à me quitter de temps en temps.

Ma mère est restée à mon chevet aux côtés de Steffanie tout ce temps (elles ne se connaissaient pratiquement pas), un moment logées par Federica. C’est Juliette, mon ex et mère de mes deux derniers enfants, qui a annulé ses vacances en Croatie (elle devait partir le lendemain !) pour aller la prévenir de vive voix en Bourgogne. Mes frères El Uruguayo et JC sont aussi venus. Et ma fille Morgane Xuân... Federico « Chicco » Albizzati a joué un beau rôle lui aussi. Et mes autres amis italiens : Laura, Riccardo… Et Fred Mauger, Jean-Marc Diviki et tant d’autres qui ont repris mes travaux pour que je ne risque pas de planter mes clients…

Au-delà, l’élan de solidarité de mes amis, copains, collègues et connaissances a été immense ! Steffanie a reçu des centaines de messages de personnes pour la plupart inconnues d’elle, que je ne peux tous citer ici. Souvenez-vous du Tétouthon le 30 septembre 2008. Cet incroyable moment - brividi ! - pendant lequel des dizaines d’entre vous avez pensé à moi, tous en même temps, pour m’envoyer un peu de votre belle énergie...

Il n’a pas été pour rien dans mon rétablissement !

Je vais donc vivre.

Photos : © StefficatPhotos : © Stefficat

Photos : © Stefficat

Coma, trépanation, coma, re-trépanation (un cas unique en Italie, paraît-il) re-coma, sorties et replongées répétées dans le néant... Puis rapatriement en France, hospitalisation à l'hôpital Fernand Widal, kinésithérapie, ergothérapie (avec Martine, Félicie, Celine Aldeguer, Françoise Gourmelen et Annick Moulinier, entre autres)…

"Comment vont mes 5 enfants ?"

"Comment vont mes 5 enfants ?"

Joie de revoir mes cinq enfants (je ne me pardonnerai jamais d’avoir oublié les prénoms des deux plus petits en revenant à moi). Ma première phrase a d'ailleurs été "comment vont mes cinq enfants", écrite sur un bout de papier puisque j'étais intubé. Joie aussi de vous revoir dans la chambre d’hôpital (la Crevette, Nathalie, Didier, Patrick, …), de vous entendre ou lire tous…

Dans l'avion du retour... Ça va mieux ! Photo : © StefficatDans l'avion du retour... Ça va mieux ! Photo : © Stefficat

Dans l'avion du retour... Ça va mieux ! Photo : © Stefficat

La vie a tout doucement repris, devenue chaque jour plus normale, plus vraie. Plus intense, peut-être. Plus belle assurément.

D’ailleurs – superstition ? - je suis retourné à Rome en mai ou juin 2009 pour voir mes toubibs et les remercier de m’avoir sauvé la vie. "Séquence émotion" dirait Nicolas Hulot.

Les retrouvailles à Rome, avec Steffanie, Laura, Gazebo, Chicco et Ricky...Les retrouvailles à Rome, avec Steffanie, Laura, Gazebo, Chicco et Ricky...
Les retrouvailles à Rome, avec Steffanie, Laura, Gazebo, Chicco et Ricky...Les retrouvailles à Rome, avec Steffanie, Laura, Gazebo, Chicco et Ricky...

Les retrouvailles à Rome, avec Steffanie, Laura, Gazebo, Chicco et Ricky...

Je ne vous remercierai jamais assez de tous avoir été là, si proches bien qu’à plus de 1500 kilomètres de moi. De m’avoir insufflé votre énergie positive. D’être passés pour certains dans ma chambre d’hôpital à Paris malgré ma mise en quarantaine. De m’avoir porté à bout de bras, malgré la rengaine de mes toubibs qui répétaient à Steffanie « Il danno al cervello, c’é » (c'est sûr, le cerveau est endommagé), lorsqu’elle leur demandait, bien que persuadée que oui, si je survivrais…

A TOUS, MERCI, 1000 FOIS MERCI !

Je vous embrasse,

ThTh

Ah, un dernier truc : en sortant de l'hosto, j’ai promis à Steffanie de ne pas re-mourir avant trente ans. Ça me laisse du temps pour vous saouler un peu avec mes posts divers et variés. Chouette !

Et encore : début 2009 plusieurs de mes amis ont bien voulu me souhaiter la bonne année chez moi. Les photos ci-dessous témoignent de leur amitié à tous.

Ma fille Ariane-Pia, ma cousine Valérie, Alma, Isabelle Frénay, Emmanuelle Escalère, Didier Azoulay, Patrick Gourdon, Jean-Michel Guéroult, Boris Michel, Bruno Moreira, Philippe Rouzet et bien d'autres sont venus me voir au 110 rue Ordener en janvier 2009
Ma fille Ariane-Pia, ma cousine Valérie, Alma, Isabelle Frénay, Emmanuelle Escalère, Didier Azoulay, Patrick Gourdon, Jean-Michel Guéroult, Boris Michel, Bruno Moreira, Philippe Rouzet et bien d'autres sont venus me voir au 110 rue Ordener en janvier 2009Ma fille Ariane-Pia, ma cousine Valérie, Alma, Isabelle Frénay, Emmanuelle Escalère, Didier Azoulay, Patrick Gourdon, Jean-Michel Guéroult, Boris Michel, Bruno Moreira, Philippe Rouzet et bien d'autres sont venus me voir au 110 rue Ordener en janvier 2009
Ma fille Ariane-Pia, ma cousine Valérie, Alma, Isabelle Frénay, Emmanuelle Escalère, Didier Azoulay, Patrick Gourdon, Jean-Michel Guéroult, Boris Michel, Bruno Moreira, Philippe Rouzet et bien d'autres sont venus me voir au 110 rue Ordener en janvier 2009Ma fille Ariane-Pia, ma cousine Valérie, Alma, Isabelle Frénay, Emmanuelle Escalère, Didier Azoulay, Patrick Gourdon, Jean-Michel Guéroult, Boris Michel, Bruno Moreira, Philippe Rouzet et bien d'autres sont venus me voir au 110 rue Ordener en janvier 2009Ma fille Ariane-Pia, ma cousine Valérie, Alma, Isabelle Frénay, Emmanuelle Escalère, Didier Azoulay, Patrick Gourdon, Jean-Michel Guéroult, Boris Michel, Bruno Moreira, Philippe Rouzet et bien d'autres sont venus me voir au 110 rue Ordener en janvier 2009
Ma fille Ariane-Pia, ma cousine Valérie, Alma, Isabelle Frénay, Emmanuelle Escalère, Didier Azoulay, Patrick Gourdon, Jean-Michel Guéroult, Boris Michel, Bruno Moreira, Philippe Rouzet et bien d'autres sont venus me voir au 110 rue Ordener en janvier 2009Ma fille Ariane-Pia, ma cousine Valérie, Alma, Isabelle Frénay, Emmanuelle Escalère, Didier Azoulay, Patrick Gourdon, Jean-Michel Guéroult, Boris Michel, Bruno Moreira, Philippe Rouzet et bien d'autres sont venus me voir au 110 rue Ordener en janvier 2009

Ma fille Ariane-Pia, ma cousine Valérie, Alma, Isabelle Frénay, Emmanuelle Escalère, Didier Azoulay, Patrick Gourdon, Jean-Michel Guéroult, Boris Michel, Bruno Moreira, Philippe Rouzet et bien d'autres sont venus me voir au 110 rue Ordener en janvier 2009

Share this post

Repost0
To be informed of the latest articles, subscribe:

Comment on this post