Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
Art and Farts

Art and Farts

De l'art sous toutes ses formes. Et parfois des pets.

Takashi Murakami (nous en) apprend tous les jours !

Murakami à la galerie Perrotin

Murakami à la galerie Perrotin

Avec "Learning the Magic of Painting", le peintre Murakami fait preuve d'une modestie somme toute assez rare dans le milieu du Top 5 de l'art contemporain. Il nous montre combien ses maîtres lui ont appris, comme par exemple avec le triptyque directement inspiré de celui de Francis Bacon.

Ses œuvres, en revanche, sont tout sauf modestes : leurs couleurs éclatent, les rires explosent, les crânes se déversent par centaines...

Un festival de couleurs, même pour les toiles ses plus noires.

Les citations sont extraites de l'excellent interview de Murakami dans Télérama que vous pouvez lire ici.

#Enjoy !

PS : n'hésitez pas à partager ce post, et à vous abonner pour recevoir régulièrement des posts sur toutes les formes d'arts visuels !

Remembering the day I fell in love - © Takashi Murakami

Remembering the day I fell in love - © Takashi Murakami

Je l’ai découvert [Francis Bacon] quand je me suis mis à étudier de près les artistes qui ne se contentent pas de colorier leur toile, mais qui tentent d’y fixer ce qu’ils ressentent. Ce qui me passionne c’est ce processus de découpage, qui structure ses compositions et dont je cherche à m’approcher.

In Télérama du 12/9/16

Le triptyque inspiré de celui (ceux ?) de Francis Bacon - Voir ci-dessous.Le triptyque inspiré de celui (ceux ?) de Francis Bacon - Voir ci-dessous.Le triptyque inspiré de celui (ceux ?) de Francis Bacon - Voir ci-dessous.

Le triptyque inspiré de celui (ceux ?) de Francis Bacon - Voir ci-dessous.

Takashi Murakami (nous en) apprend tous les jours !
© Takashi Murakami© Takashi Murakami

© Takashi Murakami

© Takashi Murakami

© Takashi Murakami

Large Enso (title to be determined - © Takashi Murakami

Large Enso (title to be determined - © Takashi Murakami

Ces œuvres que je décline autour du Enso (NDLR : le cercle qui symbolise le vide, l’unité et l’infini) font évidemment référence à la peinture zen.

In Télérama du 12/9/16

Enso : at our side, bending space-time / Enso : Black hole - © Takashi MurakamiEnso : at our side, bending space-time / Enso : Black hole - © Takashi Murakami

Enso : at our side, bending space-time / Enso : Black hole - © Takashi Murakami

Korin : Unknown, even in death - © Takashi Murakami

Korin : Unknown, even in death - © Takashi Murakami

727 (to be determined) - © Takashi Murakami

727 (to be determined) - © Takashi Murakami

© Takashi Murakami
© Takashi Murakami

© Takashi Murakami

Au Moyen-Âge, en Europe comme au Japon, il y avait si peu d’éclairage qu’à la nuit tombée, la lumière provenait des feux de cheminée ou des bougies. Dans ces intérieurs très sombres, il était très difficile de voir les tableaux. La qualité réfléchissante de la feuille d’or permettait donc de mieux les observer.

In Télérama du 12/9/16

Teleportation / Title to be determined - © Takashi MurakamiTeleportation / Title to be determined - © Takashi Murakami

Teleportation / Title to be determined - © Takashi Murakami

© Takashi Murakami© Takashi Murakami

© Takashi Murakami

Parce que depuis que j’ai commencé à peindre à 19 ans, je me demande : « Qu’est-ce que la peinture ». Je me pose cette question par rapport à mon travail, mais aussi par rapport à celui des autres artistes.

In Télérama du 12/9/16

© Takashi Murakami

© Takashi Murakami

Takashi Murakami, avec un cataogue Erro en mains - © Thet Motou

Takashi Murakami, avec un cataogue Erro en mains - © Thet Motou

Share this post

Repost0
To be informed of the latest articles, subscribe:

Comment on this post

Adrienne 09/13/2016 23:22

Nice article!

Thet Motou 09/13/2016 23:31

Thanks !