Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog
Art and Farts

Art and Farts

De l'art sous toutes ses formes. Et parfois des pets.

Un Banksy fait naufrage à Calais

Le radeau de la Méduse - Théodore Géricault

Le radeau de la Méduse - Théodore Géricault

Le lien du site Nord Littoral ne fontionnant pas ici, je vous recopie l'article ci-dessous.

Le Banksy de la rue de la Tannerie a bien failli boire la tasse, ce jeudi après-midi. C’est l’intervention d’une fan de l’artiste britannique, connue sous le pseudonyme de Wilmo Kasal, qui a permis d’éviter son effacement.

Le propriétaire de l’immeuble en question, Georges Lagouge, est dans une situation unique en France, sinon rare. En choisissant son mur, l’artiste mondialement connu lui a fait un cadeau empoisonné : « J’avoue que je ne connaissais pas Banksy auparavant, dit Georges Lagouge, et, très honnêtement, avoir un Banksy sur mon mur ne m’a rien rapporté… J’étais prêt à vendre, sans la moindre idée de la manière dont ça pouvait se faire techniquement. J’aurais même pu vendre l’immeuble entier, moyennant une plus value compte tenu du Banksy… Mais je n’ai eu aucune sollicitation. »

Ayant définitivement renoncé à se faire marchand d’art, Georges Lagouge a retrouvé ses préoccupations de propriétaire. Cette année, il a décidé de faire repeindre la façade de son immeuble, dont il loue une partie à une pharmacie.

C’est le plus normalement du monde que les peintres se sont mis au travail, ce jeudi. Le Banksy est passé tout près de leurs rouleaux : « Nous, on nous a dit de tout repeindre… » relate l’un d’eux. On a commencé à démonter la plaque de plexiglas et deux dames sont venues nous expliquer qu’on n’avait pas le droit. Notre patron a appelé la mairie, et on lui a dit la même chose. Donc, on va laisser comme ça… »

Nord Littoral

Un Banksy fait naufrage à Calais

Sceptiques, les peintres contourneront le graffiti sous plexi. « Franchement, ce n’est pas propre… » soupire le senior du trio de peintres.

C’est exactement l’avis du propriétaire : « Même le plexiglas est abîmé. Il reste des traces de tags qui débordent et le mur est abîmé. Ça va donner un mur renduit et repeint à neuf… avec ça en plein milieu. »

Georges Lagouge est prêt à négocier avec la municipalité : « Je veux bien ne pas l’effacer à condition qu’il soit restauré. Enfin… que ce soit quelque chose de propre. Si la municipalité veut le préserver, très bien, mais ce n’est pas moi qui vais payer. »

Le Banksy de la rue de la Tannerie n’est pas tiré d’affaire car on voit mal ce qui, juridiquement, pourrait empêcher le propriétaire de faire ce qu’il souhaite de son bien. C’est un comble, Georges Lagouge n’a pas eu le choix des couleurs pour sa rénovation : elles lui ont été imposées par l’Architecte des Bâtiments de France.

Grégory FAUCQUEZ

Le pochoir de la rue de la Tannerie est un détournement par Banksy du Radeau de la Méduse (1819) de Géricault. L’artiste Britannique avait ajouté un bateau à l’horizon, qui a été gratté dans les heures qui ont suivi la révélation du nom de l’auteur. On suppose que la rue de la Tannerie a été choisie pour sa proximité avec les bureaux de l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration.

Nord Littoral

On peut donc être à la fois propriétaire d'un immeuble et légèrement inculte...

Merci Véronique Mesnager et la Galerie Mathgoth pour le partage.

#Enjoy !

Share this post

Repost 0

Comment on this post